Hélas

J’aurais pu créer des catégories genre Beaux culs, ou Beaux seins. Mais les seins sont toujours beaux et les culs sont toujours beaux et les femmes sont toujours belles. D’accord, pas toutes, mais le plus souvent.

Si j’étais une femme, j’aurais peut-être envie de mettre des photos de moi prises par moi ou par d’autres, sans doute par moi je pense et j’aurais beaucoup plus de visites et de visiteurs. Je vous raconterai mes expériences sexuelles, les vêtements que je porte, je vous dirais tout sur mes dessous. La couleur et la forme de mes culottes, quels soutiens-gorges je porte, comme je le mets, comment je l’enlève. Sur la façon que j’ai de me donner du plaisir.

Hélas…

Donc, n’étant pas une femme, je me contente de les admirer, de m’exciter un peu sur elle, parfois, et de partager avec vous.

Je reviens sur Steffi Tizzarella que j’apprécie particulièrement.

Je ne sais pas si cette vidéo vous excite. Moi, je ne sais pas vraiment. Un peu, sans doute. J’aime son ventre rond et la façon dont elle se caresse les seins. C’est beau, je trouve. C’est la vie, c’est notre nature. c’est notre humanité.

Audrey’s Dance

Sherilyn Fenn, superbe Audrey Horne dans Twin Peaks, de David Lynch et Mark Frost.

Twin Peaks, je ne sais pas vraiment ce que c’est. Sans doute parce que tout y est original. Le traitement de l’histoire, les personnages, les situations.

Twin Peaks, c’est une histoire policière – qui a tué Laura Palmer ? – mais c’est aussi une histoire d’amitié et des histoires d’amour. Et c’est surtout des personnages. Attachants, naïfs, décalés, dangereux, maléfiques. C’est un univers ou le bien et le mal rodent en permanence. Ou le quotidien, le banal, le quelconque, cache toujours quelque chose. Un univers plein de secrets et de non-dits.

C’est une communauté qui veut préserver sa façon de vivre.

Audrey’s Dance (Instrumental) – Angelo Badalamenti

Audrey’s dance instrumental

Steffi

J’aime cette fille. Son air calme et distancé. Elle ne montre pas ce qu’elle ressent, mais ce qu’elle montre me semble suffisant. Et puis, bien sûr, elle a des gros seins et les gros seins me rassurent. En fait, c’est ça, je crois. Une femme qui a des gros seins ne peut être que bonne et généreuse. Les gros seins m’excitent mais il n’y a pas que ça. C’est plus profond. Cette fille exprime une grande douceur et une passivité, apparente, peut-être.

Busty

Un peu de douceur et de sensualité. Nous n’avons pas grand chose à nous mettre sous la dent, nous, les hommes. Je parle surtout pour moi parce que je suis seul depuis longtemps, mais peu importe. Si j’étais une femme… mais ce n’est pas le cas alors à quoi bon. Profitons de ce que nous avons sous les yeux. Et rêvons… rêvons…

D’un jour à l’autre

Le jour même

Cette pièce m’a un peu vrillé la tête. J’ai craqué, un peu. Je n’aurais pas dû envoyer ce mail à M… et franchement je ne m’attendais pas vraiment à sa réponse. Pourtant j’aurais dû. Ce n’est pas la première fois et sans doute pas la dernière. Quoi que. Je ne lui répondrai pas parce que je ne sais pas ce que je pourrais lui dire. Ce qu’elle a écrit est une déformation de ce que j’ai écrit. Qui plus est, elle me menace. Je ne sais pas ce que je pourrais répondre à ça.

Il faut que je récupère et que je me reprenne en main. Mais je ne sais pas comment.

Peut-on craquer et peut-on le dire ? Oui et non.

Je n’aurais pas de retour de sa part puisqu’elle va laisser tomber. Dommage.

Elle n’a rien compris à mon mail ou elle a fait semblant de ne rien comprendre. Pas question de trouver chez elle la moindre empathie. J’ai pas mal de choses à répondre mais ça ne servirait à rien. Donc autant laisser tomber.

Quant à S…, pas de nouvelle. Je vais lui envoyer un texto rapide.

Décidément, je ne vois pas ce que je pourrais ajouter. Dans le texto pour S… préciser que je n’étais pas en forme. Pour justifier la réponse que je lui ai faite.

Je crois que ça me rend malade et je ne sais pas quoi faire.

Le lendemain

J’avais oublié certaines choses que j’ai écrites. Des choses que je considère comme impardonnables. Je ne peux donc absolument pas lui répondre et je ne lui répondrai pas. A dater du jour où j’ai fait lire cette pièce tout est devenu infernal. Ma vie est devenue infernale. À cause de certains problèmes et aussi du fait que je suis seul en permanence et que j’ai l’impression de vivre comme un chien les deux personnes à qui j’ai fait lire cette pièce sont les deux seules personnes à qui je n’aurais pas dû la faire lire. Mais les seules. Je n’avais pas vraiment le choix. Mais depuis au moins le mois d’avril et le temps passant ça ne s’arrange pas du tout ma vie est un enfer. Après mon mail tout contact avec M… est devenu totalement impossible et ce que je voulais répondre aussi. Cette pièce a pris beaucoup de mon temps et de mon énergie. Mais cela m’a fait du bien. J’ai pris du plaisir à travailler même si ce travail n’aboutit à rien ce qui est fort probable. Je n’aurais sans doute pas de retour mais est-ce vraiment si grave. Je dis ça maintenant je ne disais pas ça dimanche. Dommage et tant pis. Tant pis pour moi et pour le travail que M… a fait pour moi. Je regrette qu’elle ait travaillé pour rien. C’est tout ce que je pourrais lui dire. Il est de toute façon hors de question qu’on se revoit. Me retrouver devant elle, est totalement et absolument impossible. Cette pièce m’a fait un peu disjoncter. En fait je n’en sais rien. En plus de me faire du bien. Mais je m’y suis accroché comme on se raccroche à une bouée. Pour ne pas me noyer. Pour ne pas couler complètement. Pour ne pas être mort avant l’heure. Je n’ai rien de plus à ajouter pour le moment. Rien de plus à dire.

Nouvelles choses

J’ai besoin de ça, en ce moment. Découvrir de nouvelles choses. Les anciennes m’épuisent, me fatiguent et m’endorment.

Voici une nouvelle chose qui me donne envie d’autres choses :

Ikon Republik. Allez-y. Y’a de très belles photos, et des filles nues 😜

Réédition. J’ai écrit ça en janvier 2019, mais ça n’a pas vraiment changé depuis.

CDM

Qu’est-ce qu’elle est belle… 😍 Elle est lesbienne, je n’ai donc aucune chance. Si elle ne l’était pas, non plus, d’ailleurs.

Qu’est-ce qu’elle est belle… 😍 Elle n’est pas lesbienne. Mais ça ne change rien au fait que je n’ai aucune chance.

Et d’ailleurs, je ne vis même pas au USA et mon anglais est pourri.

CDM : Championne du monde… de football (pour celles et ceux à qui ça aurait échappé).

Rêve et sodomie

Difficile, mais je vais essayer. Je suis dans un grand bureau et ma patronne (oui, dans mon rêve mon patron est une patronne et c’est donc une femme, mais elle n’est plus très jeune alors inutile de fantasmer) et elle me demande de faire un truc, mon boulot est du genre administratif pourtant je travaille sur Photoshop mais mon ordinateur n’a pas d’écran, c’est une sorte de console avec des boutons et des chiffres qui s’affichent. Je ne suis pas maître du nom des fichiers ni de l’endroit où ils ont été enregistrés et donc je ne les retrouve plus. Pour m’aider, je me sers de documents papiers qui se trouvent au dessus de l’ordinateur et qui font partie intégrante de l’ordinateur, mais je ne trouve rien non plus. Ma patronne me conseille, alors, de jeter un oeil sur des documents qui se trouvent sur une table, des dossiers, en fait. Je les prends un par un pour les poser… ailleurs. Et je m’aperçois que la table est pleine de poussière, je l’enlève. Et là, je réalise qu’il est très tard, 1 heure du matin. Je m’approche de ma collègue de travail. Tout ce que je sais, c’est qu’elle porte une jupe et des talons. Je lui fais remarquer que 1 heure du matin, c’est pas une heure pour travailler. Sa montre indique 11 heures et elle ne voit pas où est le problème. Elle a un verre de champagne à la main car un cocktail est donné, mais les gens qui le compose sont loin, je les vois à peine. Et… Fin.

Et comme promis, aujourd’hui c’est sodomie. Et non, dans mon rêve, je ne sodomise pas ma collègue de travail.

Rêve, suicide et sodomie

Après un rêve tellement complexe, compliqué et irracontable, que j’aurais certainement oublié d’ici demain et qui m’a laissé totalement inanimé au matin – c’est vous dire le merdier que c’était – deux chansons, qui n’ont aucun rapport avec ledit rêve me hantent depuis ce matin. (Putain, elle est longue cette phrase…)

Deux chansons de Mylène Farmer : C’est une Belle Journée et Pourvu qu’elles soient Douces. La première parle du suicide, la seconde de la sodomie. Mais ça, vous le savez déjà. J’aime beaucoup certaines de ses chansons et j’aime aussi beaucoup le personnage, sa féminité, sa voix douce et sensuelle. Elle doit être particulièrement belle quand elle jouit.

Donc, aujourd’hui, je vous mets le suicide…

Un rêve de circonstance

Aujourd’hui, j’avais envie de travailler, mais nous sommes dimanche. La nuit dernière, j’ai fait un rêve. Une femme entrait dans une rame du métro. Elle avait le visage et l’apparence d’une comédienne que j’aime beaucoup et qui s’appelle Constance Dollé. Je crois même que j’en suis un petit peu amoureux, surtout après le rêve de cette nuit. Pourquoi elle ? Pourquoi ai-je rêvé d’elle ? Je n’en sais rien. Car je n’y pensais pas avant ce rêve. Je l’ai vu dans quelques films mais je l’ai vraiment découverte dans Un village français, excellent série au demeurant.

Bref… Elle entre dans la rame, va s’asseoir prés d’un voyageur et lui demande de lire un dialogue. Il est très court, il ne dure que quelques secondes. Puis elle vient s’asseoir à mes côtés. Sans l’avoir vu, je sais que le dialogue précédent – elle en change en fonction des gens – était tapé. Alors que celui qu’elle me présente est manuscrit et particulièrement illisible. Les répliques que je dois lire, en particulier. C’est elle qui commence. Tout se passe bien, pour moi, au début. Les mots sont relativement clairs. Mais plus j’avance, plus l’écriture devient incompréhensible. J’essaie de déchiffrer, mais c’est très difficile. Je dis ce que je lis et ça ne veut rien dire. Les mots n’ont aucun sens.

Et ça s’arrête là.

J’ai trouvé des photos sur internet, mais comme elles sont protégées, je n’ai pas osé en mettre ici. Mais vous pouvez la découvrir en cliquant sur ce lien.

Ecrire

Ce post, publié ailleurs, était en rapport avec mon petit travail d’écriture et la complexité qu’elle engendre. Et comme je suis un fan de David Lynch, de Twin Peaks et de Sherilyn Fenn, cette vidéo s’imposait.

La video est extraite de l’épisode 6 de la saison 1 de Twin Peaks.