Anaïs Nin

J’ai lu il y a très longtemps le Journal d’Anaïs Nin. J’ai tout lu, je devrais dire tout dévoré. Ne me reste que le premier tome qui couvre les années 1931 à 1934. Je le relirai sans doute un jour. Je ne sais plus très bien ce qui m’a fasciné. Qu’une femme puisse écrire aussi librement ou l’époque à laquelle elle écrit. Les deux sans doute. Sa rencontre avec des écrivains, des artistes, un milieu qui me faisait rêver. Ses amours avec des hommes et avec des femmes. Je n’y voyais pas seulement le côté érotique et excitant de certaines situations mais la liberté de cette femme que je voyais comme une sorte d’électron libre sans attache véritable, sans contrainte.

De temps à autres, vous tomberez sur ce genre de post, parce que… c’est comme ça. Globalement, il y aura toujours un lien avec les femmes ou les rêves.

L. F. Céline

Un travail historique récent démontre que Céline a été un agent actif de l’Allemagne nazie, et notoirement proche de certains milieux collaborationnistes pendant l’Occupation de la France par l’Allemagne. Le rôle qu’il a joué durant cette période a longtemps été minoré, avant que la recherche historique ne fasse la lumière à ce sujet. Son antisémitisme s’est exprimé avec virulence dans des pamphlets dès 1937.

Court extrait d’une interview réalisée en 1959

Louis-Ferdinand Céline, faux cul du début à la fin. Le journaliste le piège : Vous m’avez dit, un jour, que vous vous considériez comme le plus grand écrivain vivant. Il ne réagit pour ainsi dire pas, ou à peine. C’est un peu exagéré, répond en substance l’affreux. Céline savait très bien que son style était novateur, qu’il avait inventé quelque chose d’inédit. Il l’écrit très clairement dans une lettre adressé à Gallimard au moment de Voyage au bout de la nuit. Pour l’éditeur qui aura le courage de publier ce livre, c’est le prix Goncourt assuré. Gallimard ne publiera pas le Voyage, comme on l’appelle, il sera publié par Denoël, autre antisémite notoire, qui finira assassiné en 1945 dans d’étranges circonstances. Céline était un écrivant de grand talent, certes, mais c’était surtout un salaud de la pire espèce. Comment ne pas y penser en lisant ses livres. Certains disent, il y a deux Céline, celui du Voyage, de Mort à crédit et celui des Beaux draps ou de Bagatelles pour un massacre, autrement dit, un bon et un mauvais. Non. Il n’y a qu’un Céline qui s’est, peut-être, forcé à écrire des livres globalement propres sur eux pour vendre, même si rien n’était assuré étant donné la nature de son style. Mettre en avant ses oeuvres propres, c’est quelque part nier, mettre à part, ses oeuvres sales, comme si elles étaient un accident, du laisser-aller, alors que Céline est partout, dans les unes comme dans les autres.

Le Monde des livres du 8 février 2017, compte rendu de Céline, la race, le juif. Légende littéraire et vérité historique d’Annick Duraffour et Pierre-André Taguieff, Fayard, 1 178 pages, 35 €.

Sinclair Lewis

De toute ma vie, jamais je n’ai fait une seule chose que j’ai réellement voulue ! Je ne crois pas avoir accompli quoi que ce soit si ce n’est d’avoir réussi à subsister. Je me rends compte que je n’ai pas fait la moitié du quart des choses qu’il m’ait été possible de faire. Eh bien, peut-être accomplirez-vous plus de choses. Je n’en sais rien. Mais j’éprouve une sorte de plaisir honteux de savoir que vous saviez ce que vous vouliez faire et que vous l’avez réalisé. Bien, ces gens ici essayeront de vous intimider, et de vous rabaisser. Dites-leur d’aller au diable ! Je vous soutiendrai. Prenez ce travail à l’usine, si c’est ce que vous désirez. Ne soyez pas effrayé par votre famille. Non, ni par les habitants de Zénith. Ni par vous-même, comme je l’ai été. Avancez, vieil homme ! Le monde est à vous !

Extrait de Babbitt, de Sinclair Lewis (Harcourt, Brace & Co., 1922 – Librairie Stock, version française établie par Maurice Rémon, préface de Paul Morand… je ne sais pas en quelle année).

Sinclair Lewis, auteur américain à succès dans les années 20-30, dont plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinéma, est cité dans un article Wikipédia consacré à Joseph Campbell, lui-même cité par Mark Frost dans son blog…

En 1930, Sinclair Lewis fut le premier Américain à recevoir le prix Nobel de littérature. Ce prix récompense tout particulièrement Babbitt (1922), l’un de ses romans les plus connus, dont le nom est devenu un mot du langage courant.