Archives par mot-clé : Moyen-Age

Petit Lu

On raconte beaucoup de choses sur l’incendie de Notre-dame. Certains parlent de complots en relation avec l’organisation des jeux olympiques en France. D’une volonté de modifier toute l’architecture de l’Ile de la Cité pour attirer plus de monde et faire plus d’argent.

Vrai ou faux, le fait est que le gouvernement a décidé de passer outre un certains nombres de réglementations, notamment environnementales, pour finir les travaux de Notre-Dame d’ici les jeux olympiques.

Y a-t-il encore, en France, un pouvoir pour contrecarrer le fait du prince, qui se dit tout puissant mais qui n’est qu’une marionnette au service de l’argent ?

N.D.

Je n’ai pas envie de mettre de photo, on en a trop vu hier soir. Pas d’illustration de Notre Dame. Et puis, elle est tellement gravée en nous que ce n’est pas nécessaire. C’est un choc, une émotion profonde quand on pense au génie de ceux qui l’ont bâtie, pierre après pierre et dont certains y ont laissé la vie. Avaient-ils tous la foi telle que nous pouvons la concevoir aujourd’hui, je n’en sais rien. Ils craignaient Dieu, sans doute et le Diable. Ceux qui ont participé au début de la construction savaient qu’ils ne la verraient jamais finie.

Finalement, si, je mets cette illustration, je trouve que c’est un assez beau symbole.

Jan van Eyck

C’est d’abord le souvenir de la découverte de la peinture flamande que je ne connaissais pas. C’est l’émission Palettes qui m’a fait découvrir cette peinture et ce tableau en particulier.

Vierge du Chancelier Rolin, ou Vierge d’Autun (vers 1435).
Nicolas Rolin, Chancelier de Philippe le Bon, Duc de Bourgogne, est le fondateur, avec son épouse Guigone de Salins, de l’Hôtel-Dieu de Beaune, construit de 1443 à 1457

On aperçoit, au fond du tableau, le pont de Montereau, où a été assassiné Jean 1er de Bourgogne, dit Jean sans Peur, le 10 septembre 1419.

L’Homme au turban rouge (1433). Autoportrait présumé de Jan van Eyck

Les Epoux Arnolfini (1434)

Jan van Eyck avait un frère ainé, Hubert, peintre lui aussi mais… peut-être un peu moins doué.